La liberté du no-bra

Salut !

Aujourd’hui je poste avec une certaine hésitation.Eh oui, je vais te parler miches. Balcon. Tétines. Mamelles. Meules. Poires, mandarines, melons et autres fruits. Bref, je vais te parler seins, et ça ne plait pas à tout le monde.

giphy-1.gif

Cela fait quelques temps maintenant que je ne porte plus de soutien-gorge, ou presque. Presque, parce que dans cette société où le sein de la femme est sans arrêt sexualisé, ce n’est pas toujours facile d’assumer que ça ballotte un peu, que les seins puissent se deviner nus sous les vêtements, d’accepter que non, tous les seins n’ont pas la même forme, et « pire », que l’on puisse deviner des tétons à travers un vêtement dès qu’il fait un peu frais.

Pourquoi je ne porte plus de soutien-gorge ?

Tout d’abord par confort. La poitrine compressée, les bretelles qui scient les épaules, les marques disgracieuses et désagréables quand tu l’enlèves enfin, les baleines qui se font parfois la malle et qui en profitent pour te percer le sein, évidemment en plein milieu de la journée, bien avant que tu ne rentres chez toi et que tu puisses te libérer de ce truc qui te poignarde le nichon.

giphy.gif

Mais aussi pour apprendre à mes seins à se tenir droits touts seuls. Bah oui, à force de les maintenir en place, les ligaments de Cooper (ce truc, présent dans le sein pour qu’il tienne seul, comme un grand) se mettent en congé forcé, et ne sont plus capable de faire leur boulot correctement. Résultat : quand tu enlèves ton soutien-gorge, ils ne sont plus capable de faire leur boulot, et ça pendouille. Ils sont capable de réapprendre leur boulot si on les laisse le faire, alors laisse faire la nature, et on leur apprends à devenir fermes.

Et enfin par soucis de santé. Au fil de mes recherches, je me suis rendue compte que nous sommes toute une « communauté » de no-bra, et qu’il y’a d’autres raisons que celles énoncées plus haut. Le soutien-gorge empêche une bonne circulation de la lymphe et favorise l’apparition des kystes voire de tumeurs. Je vous conseille de faire une recherche plus détaillée si ça vous intéresse, je ne tiens pas à vous raconter des bêtises en entrant dans les détails.

giphy-2
Comment j’ai franchi le cap ?

Eum… par flegme ? J’ai commencé comme beaucoup à ne pas porter de soutien-gorge à la maison. Pourquoi m’infliger cette « torture » si de toutes manière personne ne le remarque ? A l’extérieur c’était beaucoup plus compliqué, et comme je vous le dit plus haut il m’arrive encore (trèèès rarement) de porter des soutiens-gorge. J’ai commencé à ne pas en porter lorsque j’allais chez ma famille. Ailleurs je ne portait plus que des soutiens-gorge sans armature pour plus de confort. Aujourd’hui, quand vraiment j’ai l’impression que ça saute aux yeux, j’enfile une brassière en coton ou un débardeur assez moulant pour ne pas trop que ça bouge quand je marche, pour ne pas que mes seins paraissent plus bas, ou je ne sais quoi. Finalement je pense que le plus gros du travail à faire est de se dire que non, en principe personne ne matte vos seins à longueur de journée. Que si des tétons apparaissent un peu avec un temps frais, eh bien libre aux autres de regarder ailleurs non ? En fait c’est surtout un travail sur soi, je crois.

giphy
Mais j’aime la jolie lingerie…

… et parfois j’ai envie de porter un petit truc qui me plait. Mais même la plus belle des lingeries ne vaut pas une ptose mammaire ! Je choisis ma lingerie sans armature. Je trouve que la marque Oysho fait de jolis soutien-gorges parfois sans armature, mais d’autres marques en font également : il faut fouiller pour trouver son bonheur. J’aime beaucoup aussi les bodys, la marque Etam en fait de superbes, et en plus ça tiens chaud l’hiver, ça évite de devoir se frotter les mamelons avec le pull en laine qu’on enfile en vitesse sans forcément mettre de t-shirt en dessous. Sans compter que je trouve ça vraiment beau.

 

giphy-1
Les changements que j’ai observé

Après 18 mois d’allaitement intensif et 17 mois d’allaitement un peu moins intensif, une poitrine qui a beaucoup évolué (90A – 95F – 90B – 95G – 95B), ma peau a eu vraiment du mal à s’en remettre. Je pensais à la chirurgie parce que la ptose était vraiment importante. Je n’ai clairement pas les moyens d’y recourir et j’ai opté pour les piercings en ne perçant qu’un sein pour pouvoir continuer l’allaitement, mais je comptais bien faire les deux. Ca m’a un peu aidé à accepter cette poitrine que je ne pouvais plus voir. Puis j’ai du l’enlever. J’y reviendrai peut être un jour, mais en attendant le problème de fond n’était pas résolu. Je n’aimais absolument pas mes seins et je n’avais aucune solution si ce n’est de porter sans arrêt des soutiens-gorge, et donc faire l’autruche en espérant que ça remonte tout seul. Cela fait maintenant environ un an que je ne porte qu’occasionnellement des soutiens-gorge, et que je laisse mes seins se porter seuls au maximum. Alors non, je n’ai pas retrouvé une poitrine de jeune fille, et je ne compte pas y arriver, simplement parce que je ne suis pas faite comme ça. Mais mes seins commencent doucement à retrouver un peu de fermeté. Même si mes poires ne regardent pas le ciel elles regardent déjà un peu plus droit devant elles. Le no-bra me « force » un peu à me tenir plus droite pour éviter l’effet gant de toilette, et j’ai pu observer une amélioration. Je pense également avoir pris un petit bonnet : je ne suis plus du tout à l’aise dans l’engin de torture qui est vendu comme un soutien-tétés, et mes mamelons sont moins sensibles aux frottements. Je peux facilement porter un pull sans rien dessous sans avoir d’effet « papier de verre » sur mes seins, chose impossible avant. Je commence à assumer ces deux choses et leur vue ne m’est plus désagréable comme auparavant.

 

giphy-3

 

D’autres blogueuses en parlent

Notamment Laetitia du blog Le Corps La maison L’esprit, premier article que j’ai pu lire sur le sujet et qui m’a fait prendre conscience qu’en fait, non, je n’ai pas réellement choisi d’en porter. J’en portait parce que « tout le monde » en porte, et que c’est « la norme ». L’article de Freyja Bidaisy est très complet, il vous apprendra beaucoup sur le no-bra.
Je fais également partie du groupe facebook « Communauté No-bra » sur lequel on partage nos expériences et où on peut également trouver pleeeein d’articles scientifiques sur le sujet.

 

giphy-4
Quelques sources intéressantes

 

Et toi, tu vis les seins à l’air ? Pour quelles raisons ?

Publicités

2 réflexions sur “La liberté du no-bra

  1. Merci pour ton témoignage, c’est vraiment bien d’évoquer ce sujet encore trop méconnu des femmes. De plus en plus d’entre elles réalisent qu’elles vivent bien mieux sans soutien-gorge, et ça c’est très encourageant!
    Si tu souhaites approfondir le sujet, je t’encourage à passer sur mon blog : http://www.freetheboobies.fr Je relaye de nombreux témoignages ainsi que les études sur le sujet, pour celles et ceux que cela intéresse.
    Bonne année et bonne santé! 🙂

    J'aime

    • Merci à toi pour ton commentaire encourageant. C’est vrai qu’on en entend peu parler et que c’est vraiment quelque chose de tabou, quand on regarde bien… Pourtant les mecs n’ont aucun scrupule à se balader les tétés à l’air à la plage :p

      Je vais regarder ton blog de ce pas !
      Bonne année à toi aussi ! 🙂

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s