De délicieux cookies véganes au thé vert Matcha

Hey ! Mais c’est qu’on est déjà en décembre ! Noël approche, que tu le veuilles ou non, que tu sois prêt ou non.
En Alsace, on s’offre beaucoup des Bredele. Ces petits biscuits de Noël. Du moins, ça se faisait beaucoup, et j’ai souvenir des énormes boîtes remplies de Bredele qu’avait fait ma maman à l’approche des fêtes, pour pouvoir les offrir à chacun. Alors depuis trois ou quatre années, je prends la relève. Pas forcément avec des biscuits traditionnels (non pas que je ne les aime pas, hein. Mais surtout parce que j’ai découvert une recette-de-la-mort-qui-tue et qu’il serai dommage de ne pas en faire profiter mes proches).Prêt à découvrir cette recette simple comme bonjour, et qui plaira à beaucoup d’entre vous ?
Ma seule déception est de ne pas avoir eu de pépites de chocolat blanc sous la main pour les intégrer à ma recette : ça sera pour une prochaine fois. Crois-moi, j’ai eu du mal à les mettre dans des petits paquets pour les offrir : j’était prête à tous les dévorer !
img_0043-jpg-1.jpeg
Les ingrédients :
200 grammes de farine
180 grammes de sucre
1/2 cuillère à café de bicarbonate de soude (ou de levure chimique)
2 cuillères à café de thé matcha
100 ml d’huile végétale
120 ml de lait végétal (je le choisis à la vanille)
Mélange tous les ingrédients secs dans un grand bol.
Ajoute progressivement le lait et l’huile végétale en continuant à mélanger.
Forme de petits tas sur la plaque de ton four recouverte de papier cuisson, et enfourne 10 minutes à 180°C ou thermostat 6.
Tu peux aussi, comme moi, les saupoudrer de sucre glace avant de les enfourner.En gros, à moins de se tromper dans les quantités d’ingrédients, c’est vraiment impossible de louper la recette, alors, à tes fourneaux !Surtout, n’hésite pas à me dire si tu testes la recette, et à me donner ton avis.
Tu peux aussi remplacer le thé matcha par 3 cuillères à soupe de cacao non sucré et ajouter un peu de lait végétal pour obtenir la même consistance. 

Publicités

Manger seul comme un grand avec la DME

Nous avons commencé la DME ou Diversification Menée par l’Enfant avec Zoé quand elle avait à peu près 7 ou 8 mois, petit à petit, pour ne terminer à 1 an avec que de la DME.

Elle mangeait les petits pots avec appétit, mais elle louchait quand même beaucoup sur notre assiette, et la convivialité du repas était quasiment nulle. Elle avait déjà mangé, donc on la laissait jouer pendant que nous passions à table, dans son parc ou dans sa chaise haute. Dans les deux cas, elle réclamait à manger ce que nous mangions.

Mais la DME, c’est quoi ?
Le bébé / l’enfant, commence par recevoir des bâtonnets de légumes bien cuits, de fruits bien mûrs après la tétée / le biberon (le « après » a toute son importance, nous y reviendrons), disposés dans une assiette / sans un bol / sur le plateau de la chaise haute. Il décide lui-même ce qu’il veut manger, découvre les textures. Plus tard, on ajoutera la viande / poissons / oeufs (ou pas, d’ailleurs).

Quand commencer ?
Trois conditions doivent être réunies pour commencer la DME. L’enfant doit tenir assis seul (se mettre assis seul, c’est encore mieux. Je pense ici à la motricité libre, mais c’est encore un autre sujet). Il doit avoir au moins 6 mois. Il doit aussi montrer de l’intérêt pour la nourriture (comme lorgner sur l’assiette de ses parents, par exemple). Avant, ce n’est pas la peine de commencer la diversification, même classique. Bébé refusera d’ailleurs sûrement la cuillère, et il a les nutriments essentiels dans le lait (maternel ou artificiel) jusqu’à un an.

Mais, il n’y a pas de risque qu’il s’étouffe ?
Pour ne pas que bébé s’étouffe, il faut faire attention à ce que :
– il se tienne bien droit
– il ait eu sa tétée / son biberon avant le repas
– les morceaux soient assez grands pour que bébé puisse les prendre en main (au début, ensuite on peut ajouter les petits pois, le riz, etc.)
– ne jamais lui donner à manger dans la bouche / ne jamais chercher à l’aider : bébé doit prendre la nourriture seul
– rester auprès de lui pendant le repas
Si un morceau part de travers, c’est là que le biberon / la tétée qui a été pris(e) avant le repas entre en jeu : cela fera remonter ce petit bout. Veillez encore une fois à ce que bébé soit bien assis droit, pour faire fonctionner ce réflexe.
Si toutes les conditions sont réunies, il n’y a aucune raison que bébé s’étouffe.
Juliette a déjà fait quelques fausses routes (surtout au début), et je n’ai jamais eu besoin d’intervenir. Faites confiance à votre bébé.

 

Capture d’écran 2016-10-19 à 15.19.49.png
Une toile cirée sous la chaise haute peut être pratique 😉

 

Quels sont les inconvénients ?
Je n’en voit qu’un seul : le ménage ! Au début, le repas devient rapidement un carnage. Tout tombe au sol, et tu as l’impression que bébé n’a rien mangé. (Tu verras en lui changeant la couche que ce n’est qu’une impression. Glamour.). Tu peux alors placer des feuilles de journal ou une toile cirée au sol, sous sa chaise haute. Tu n’auras plus qu’à ramasser.

capture-d_c3a9cran-2015-02-07-c3a0-18-50-38-1
Le premier carreau de chocolat : on pourrait croire qu’elle a mangé la tablette entière, et pourtant…

 

Avec Juliette, nous avons commencé vers 6 mois et demi, à partager nos repas avec elle, et je dois dire qu’elle adore ça ! Elle mange plus que sa soeur et se débrouille très bien.
Nous avons retrouvé la convivialité de nos repas, et la « corvée » du petit pot n’est plus qu’un très lointain souvenir.
Certaines personnes de notre entourage (ou pas, même !) étaient souvent étonnées de voir qu’un bébé mangeait comme nous. Lors d’un séjour à l’hôpital (pas des plus réjouissants….), le personnel lui a apporté un petit pot pour le premier repas (que j’ai gentiment mangé en lui cédant mon assiette !), puis après des explications de ma part, lui ont amené des plateaux repas pour les repas suivants, aussi garnis que les miens. Elle n’avait pas perdu son appétit, et terminait presque à chaque fois son assiette (qui pourtant était bien chargée).

capture-d_c3a9cran-2015-02-07-c3a0-18-48-39.png
Ca n’avais pas l’air si mauvais, finalement, à l’hôpital !

Tu connaissais déjà la DME ? Tu as déjà pratiqué avec ton enfant ? 
Qu’est-ce que tu en as pensé ? Dis moi tout.

amelie

0,50€ par personne et par repas : c’est possible !

Bonjour !

Une de mes résolutions pour cette année, c’est de faire des économies. Après le loyer, notre deuxième poste de dépense, c’est les courses (alimentaires, hygiène, entretien) et je ne voyais pas trop comment économiser sur les courses : je fais déjà pas mal moi-même, et jusque là on en avait pour 70 à 100 euros par semaine.

Pour vous donner un aperçu de notre situation, on est 4 : un couple avec une petite de 3 ans et demi et une de 2 ans. On mange tous à la maison matin, midi et soir, mes filles prennent le goûter l’après midi, et mon ainée prend le goûter à l’école le matin mais c’est nous qui le fournissons, ma petite le prend à la maison. La petite porte encore des couches, et nous avons deux  chats à qui il faut acheter les croquettes et la litière. 70 à 100 euros pour tout ça, c’est pas énorme, mais si on peut encore faire des économies là dessus tout en mangeant à notre faim… C’est tout bénef’ !

Jusque là, je faisais déjà des menus. Mais je ne pensais pas à aller regarder ce qu’il me restait avant. Maintenant, pour faire mon menu :

  1. Je regarde ce qu’il me reste (placards, congélateur, frigo)
  2. Je note tout ce qu’il faut manger en priorité (ce qui est dans le frigo, qui périme bientôt…)
  3. Je prends en compte le budget à ne pas dépasser. On s’est fixé 60 euros par semaine à ne surtout pas dépasser, pour me motiver à dépenser le moins possible j’essaye d’arriver à un compte rond en arrondissant toujours à l’euro en dessous.
  4. Je réfléchis aux repas que je pourrais préparer avec uniquement ce que j’ai, puis à ceux pour lesquels il me manque le moins de choses possible.
  5. Je regarde les promotions (mais attention ! Je vérifie toujours que ça vaille le coup, et c’est rarement le cas) et je continue à réfléchir aux menus que je pourrais faire avec.
  6. Je commence à préparer mon panier pour le drive avec les fruits et légumes parce que c’est ce qui revient chaque semaine (et encore, si il m’en reste au frigo ce n’est pas obligatoire)
  7. Puis les « trucs » pour le petit déjeuner (j’achète toujours pour une semaine donc il ne nous reste jamais rien ou presque à la fin de la semaine)
  8. Et enfin j’ajoute les produits qu’il me faut encore pour terminer mon menu

Au courant de la semaine, quand il me manque quelque chose, je le note sur la liste des courses. Mais cela ne veut pas dire que je l’achèterai aux prochaines courses. Je peux très bien l’acheter 3 mois plus tard : si je n’en ai pas besoin pour les repas de la semaine, je ne l’achète pas.

Par contre, je veille toujours à avoir dans mes placards :

  1. Du riz
  2. Des oignons
  3. Des pâtes
  4. Du bouillon de légumes

Parce qu’avec tout ça, si quelqu’un se pointe à l’improviste, avec ça je peux faire soit un plat de pâtes, ou un risotto. C’est facile à faire et ça plait à tout le monde.

Et toi, quelles sont tes astuces pour dépenser moins tout en mangeant mieux ?

amelie